Watch Dogs vous révèle la valeur de vos données personnelles

Ecrit par ProtégerSonImage le 13 août 2014
Données personnelles 1 commentaire
Watch Dogs vous révèle la valeur de vos données personnelles

Le jeu vidéo Watch Dogs est devenu en l’espace de quelques semaines un blockbuster mondial. Ce jeu interactif passe déjà pour être une application révolutionnaire pour les internautes.

Les données personnelles vues comme une arme

Le jeu vidéo Watch Dogs, édité par Ubisoft, fonctionne par le biais d’une petite application, digital shadow.com, et permet aux internautes de connaître la valeur de leur profil Facebook. L’interactivité du joueur avec son environnement est orchestrée avec une prouesse artistique et technique d’ores et déjà saluée par les experts du jeu vidéo.

Watch Dogs a un principe très simple : le smartphone se substitue au pistolet, et le contrôle des données personnelles constitue une arme. L’intrigue se déroule à Chicago et met en scène une histoire de vengeance et une rébellion lancée contre un système de données centralisé. Outre les situations empreintes de réalisme et le graphisme de haute qualité, ce jeu stimule l’imaginaire. Sa mise au point relevait de la gageure technique. En effet, il a fallu adapter les données personnelles du joueur afin de les incorporer au jeu en tant qu’éléments de scénario qui seront exploités par le héros de l’intrigue. Pari réussi. Les créateurs de Watch Dogs sont parvenus à démontrer que les interactions peuvent modifier le cours d’un destin individuel, voire des destins collectifs.

Une sensibilisation sur la valeur de nos données personnelles

Dans le cadre de sa campagne de publicité planétaire, Ubisoft a proposé une application facile d’utilisation visant à sensibiliser les internautes quant à l’intérêt de leurs données personnelles. En cliquant sur digitalshadow.com, puis Votre profil sur Facebook, vous saurez ce que les opérateurs de Facebook savent de vous ! Grâce aux images postées, ils savent qui vous êtes, connaissent vos goûts. Grâce à vos « Amis », ils connaissent vos proches et vos relations. Vos posts leur permettent de connaître vos secrets et d’avoir accès à votre talon d’Achille. Et d’en tirer profit ! Savez-vous que la valeur de votre profil Facebook se chiffre à plusieurs milliers de dollars.

Vos données personnelles sont le miroir de votre personnalité, de vos goûts, de vos aspirations, de vos préoccupations, et constituent ni plus ni moins votre ADN numérique. La préoccupation quant à l’augmentation en flèche des traces que laisse l’internaute après chaque passage sur la toile fait écho à la préoccupation croissante s’agissant de l’exploitation des données personnelles.

De la nécessité d’une data-éthique

Le contrôle des données personnelles permet à ceux qui en sont les instigateurs d’interagir avec vous en temps réel, dans le sens où ils peuvent vous positionner dans l’espace et prévoir vos attentes. Dans le meilleur des cas, vous serez aidés par la « smart city » pour trouver les places de vélibs disponibles ou vous dépêtrer dans les embouteillages. Dans le pire des cas, vous serez harcelés par des publicités commerciales, ou vos photos personnelles seront utilisées contre votre gré et même à votre insu.

La justice européenne a tranché il y a quelques semaines en faveur des internautes s’agissant du droit à l’oubli et de la protection de leurs données personnelles. Cette décision de justice constitue les prémisses d’une prise de conscience collective, laquelle devra donner lieu à une véritable réflexion sur les données culturelles. Il devient crucial de parvenir à un équilibre entre la valorisation des données personnelles et leur protection.

Le Conseil économique, social et environnemental organise le 19 septembre prochain le Forum d’Avignon@Paris, durant lequel seront abordées les questions sous-jacentes de l’identité numérique et des données personnelles culturelles.

Nous vous invitons à jouer, collectivement, à Watch Dogs et à surfer autour de l’identité numérique !

  • Sophia

    Un concept assez saisissant. Il ne faudrait pas cependant que la question de la vie privée sur internet ne devienne qu’un jeu.