A vendre : données personnelles utilisateurs

Ecrit par ProtégerSonImage le 16 août 2013
Données personnelles | Vie privée 1 commentaire
A vendre : données personnelles utilisateurs

Personne n’est dupe. Les internautes sont de plus en plus aux faits concernant le commerce existant sur leurs données personnelles. La plupart des services gratuits du web le sont grâce à une contrepartie : la récolte de quelques datas. Avec ces données les sites sont arrivés à créer un véritable petit business. Elles vendent ces informations à des entreprises pour des emplacements publicitaires ultra ciblés ou bien pour mieux comprendre le comportement des utilisateurs.

Mais certains organismes ne sont pas vraiment suspectés par les internautes de prendre part à ce commerce d’information. Dernièrement, la Banque Barcelays a changé ses conditions d’utlisation et se réserve le droit de vendre des informations à propos de ses utilisateurs à des entreprises tierces et ce à partir d’Octobre 2013. La banque a tenu à préciser que “ces informations seront quantitatives et non personnelles, et vous ne pourrez pas être identifiés sur la seule base de celles-ci. D’après Le Télégraph, les client n’auront pas le choix, leurs données seront obligatoirement partagées.

En France c’est SFR qui a annoncé la commercialisation de ses données géolocalisées à des entreprises pour leurs permettre de connaître les lieux les plus et moins fréquentés par leurs clients. Orange est également un fournisseur de “volumes très importants de données, rendues anonymes, agrégées et sécurisées”.

De l’autre côté de la Manche en Angleterre, des opérateurs britanniques ont lancé Weve. Ce groupement d’entreprise a été créé pour vendre plus facilement leurs données utilisateurs.

Sous couvert d’anonymat, les données utilisateur de ces grandes entreprises sont donc commercialisées. Pourtant il est important de rappeler que l’anonymat est impossible à garantir. Un article publié dans Nature Scientic Reports en mai dernier nous informait qu’il  suffisait “de quatre enregistrements différents appartenant à la même personne pour l’identifier. Et le New York Times avait retrouvé assez facilement le nom de l’utilisateur 4417749 lorsque les données d’AOL détaillant les recherches avaient fuité sur Internet.”