L’usurpation d’identité, c’est quoi ?

Ecrit par Protéger Son Image le 3 décembre 2013
Données personnelles 1 commentaire
L’usurpation d’identité, c’est quoi ?

A l’aube de l’année 2014, encore  beaucoup de personnes ignorent les dangers présentés par l’avènement du tout-numérique. Le partage d’une quantité phénoménale d’informations personnelles, mises en ligne plus ou moins volontairement, n’est qu’une facette des risques auxquels nous sommes tous exposés aujourd’hui. Comment éviter de telles mésaventures? Quelles mesures doivent être prises pour éviter de se faire « hacker » son compte en banque ou de se faire « voler » son identité ?

 

L’usurpation d’identité d’une personne physique ou morale consiste à prendre délibérément l’identité d’une autre personne vivante, dans le but de réaliser des actions frauduleuses. Sensation hautement désagréable que d’apprendre un beau jour qu’un individu sans scrupules s’est approprié une partie de votre vie : votre identité, votre nom et vos informations personnelles.

La personne dont l’identité est usurpée se retrouve, à son insu, victime d’une opération généralement commerciale, financière (retrait ou virement d’argent) ou civile (comme un mariage). Il peut même s’agir d’un crime, alors perpétré en votre nom. Si cela peut paraître digne d’un roman d’Agatha Christie, (ou plus récemment du film Disconnect – que nous vous conseillons au passage) sachez tout de même que 200 000 Français se retrouvent chaque année dans une situation délicate suite à une usurpation d’identité, et que non, cela n’arrive pas qu’aux autres.

 

L’usurpation d’identité aujourd’hui

Tout le monde connait quelqu’un à qui c’est arrivé un jour : une série de retraits anonymes sur un compte en banque, des factures exorbitantes dans un pays où on n’a jamais mis les pieds, un mariage impossible à faire valider parce qu’on vous apprend à la dernière minute qu’un usurpateur s’est déjà marié en utilisant votre nom… Les exemples ne manquent pas. Aujourd’hui, il arrive même que soient crées de toutes pièces des fausses filiales de sociétés existantes, dans le but de monter des escroqueries plus ou moins élaborées.

L’ère du virtuel a facilité les choses pour ces fraudeurs anonymes, mais rien ne vous empêche de suivre quelques directives simples qui, si elles peuvent paraitre fastidieuses, vous éviteront de vous retrouver un beau jour au-devant d’ennuis bien réels.

 

Vos données sensibles

Il est important de distinguer les données sensibles, qui présentent un risque si elles se retrouvent entre de mauvaises mains, des données usuelles dont la perte éventuelle n’aura pas de conséquence.

Vos factures, relevés bancaires, numéros de sécurité sociale et de carte bleue, vos date et lieu de naissance, et tous vos papiers d’identité en général sont des données très sensibles. Rien de plus simple pour quelqu’un qui aurait accès à ces informations que d’ouvrir un compte en banque à votre nom, par exemple, et de commencer à s’approprier votre identité. Votre portefeuille ne doit contenir que ce dont vous avez régulièrement besoin, le reste sera mieux rangé chez vous. De même pour votre smartphone ou votre boite mail.

Vos factures et relevés de carte de crédit ? Surveillez-les de près et n’hésitez pas un instant à appeler votre banquier si vous voyez des transactions dont vous n’avez aucun souvenir.

 

Internet, réseaux sociaux et usurpation d’identité

Accéder aux données personnelles que vous conservez sur les réseaux sociaux est un jeu d’enfants pour un hacker, quand bien même elles seraient réellement protégées par le réseau social en question. Évitez donc toute référence à vos données personnelles, comme vos dates et lieux de naissance. Mieux vaut que quelques lointaines connaissance oublient votre anniversaire, plutôt que de simplifier la tâche à un individu malveillant qui serait à la recherche de ce genre d’informations.

N’utilisez que des sites de confiance pour vos achats, et abstenez-vous si un site douteux vous demande de renseigner des informations personnelles sensibles.

Dans ce même registre, évitez de mélanger vos informations personnelles avec vos données professionnelles. C’est-à-dire qu’il vaut mieux – idéalement – utiliser deux boîtes mails différentes sur deux ordinateurs différents pour vos vies privées et professionnelles. Ne conservez pas les copies de vos papiers d’identité les plus importants dans vos boîtes mails, trop facilement accessibles pour un hacker. Enfin, utilisez pour tous vos appareils (ordinateurs, tablettes) des mots de passe différents, élaborés (lettres minuscules et majuscules, chiffres et caractères spéciaux) que vous changerez aussi régulièrement que possible.

 

L’usurpation d’identité, un délit puni par la loi

Enfin, même si cela n’a jamais fait office d’antivol, il est bon de savoir que le délit correspondant à l’usurpation d’identité figure dans le code pénal, où il est expliqué de la manière suivante : « Le fait d’usurper l’identité d’un tiers ou de faire usage d’une ou plusieurs données de toute nature permettant de l’identifier en vue de troubler sa tranquillité ou celle d’autrui, ou de porter atteinte à son honneur ou à sa considération, est puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 € d’amende. Cette infraction est punie des mêmes peines lorsqu’elle est commise sur un réseau de communication au public en ligne. »

 

Suivez ces quelques conseils, tout en restant vigilant en ce qui concerne vos informations personnelles sensibles (numériques ou bien réelles), afin de vous protéger contre des escroqueries malheureusement devenues monnaie courante. Prudence donc, sur la Toile comme en dehors : toute donnée égarée pourra être utilisée contre vous.

 

Photo : http://www.flickr.com/photos/altemark