Quand un quotidien national entache l’e-réputation de cinq étudiants

Ecrit par Protéger Son Image le 10 mai 2012
Actualités | Vie privée 0 commentaire
Quand un quotidien national entache l’e-réputation de cinq étudiants

Le quotidien espagnol La Razon a provoqué l’indignation hier, en affichant en une les photos, noms et CV de cinq étudiants, engagés dans des syndicats ayant appelé à manifester ce jour. Le journal titrait, sous ces photos placardées comme des avis de recherche, “Ces mauvais étudiants qui agitent l’éducation”. Cette “délation” de la part du quotidien indigne l’opinion publique, mais risque également d’entacher durablement l’e-réputation de ces cinq étudiants. 

Car si le fait qu’ils soient syndiqués n’est sans doute pas un secret, ces étudiants n’avaient peut être pas envie de voir leur nom associé à leurs opinions politiques, ou à des résumés si peu flatteurs: “Antécédents de voies de faits sur deux policiers”, “Touche une indemnité de la part de l’université pour son engagement syndical”, “Diplômé à 28 ans”, etc. Le quotidien ne se limite d’ailleurs pas à ces résumés en première page, et rapporte que “ceux qui mènent la protestation et invitent leurs camarades à descendre dans la rue ne sont pas le meilleur exemple à suivre”. “Certains n’ont toujours pas fini leur cursus au bout de dix ans. D’autres sont diplômés mais continuent de représenter les étudiants. Et il y en a aussi qui ont professionnalisé la condition de représentant étudiant et qui touchent un salaire de l’université.”

Twitter, à son habitude, n’a pas tardé à réagir et à qualifier cette une de “pathétique”, “ignoble”, “répugnant” comme le rapporte le blog l’Espagne Désenchantée. Les internautes n’ont ensuite pas hésité à reprendre cette une pour la détourner, en y placardant des photos de responsables politiques, accompagnées de leurs CV là aussi, assez peu flatteurs.

Encore une preuve, s’il en faut, que nous ne sommes pas entièrement maîtres de notre image en ligne.