Les smartphones : vers un nouvel espionnage ?

Ecrit par ProtégerSonImage le 30 mars 2015
Données personnelles 0 commentaire
Les smartphones : vers un nouvel espionnage ?

Chaque utilisateur d’un smartphone aura déjà remarqué que l’historique de ses connexions aux différents réseaux wi-fi qu’il a utilisé, était enregistré dans son portable. Cela permet évidemment de ne pas avoir à redonner la clef de sécurité à chaque connexion, ce qui est, on en conviendra, bien pratique. Par contre, qui pourrait vouloir se faire voler son historique de connexion wi-fi et ainsi divulguer, à son insu, des informations personnelles. Certain nom de réseau sont assez explicites pour pouvoir savoir dans quel établissement l’utilisateur se trouvait et, peut-être, là où il ne devait pas se trouver. Est-ce là une nouvelle violation de la vie privé et est-ce que cela pourrait limiter la liberté des utilisateurs sans qu’ils en soient conscients?

Alors que le smartphone en question est en veille dans la poche de son propriétaire, il est permis, dépendant du model et de la portée du signal, de s’approprier la liste des connexions wi-fi du portable si le wi-fi est allumé. “L’espion” pourra alors connaitre tous les noms des réseaux sauvegardés dans le portable. Cela peut paraître anodin aujourd’hui quand toute une génération veut faire savoir au monde entier ce qu’ils font et où ils sont. Les victimes potentielles sont celles qui veulent garder leurs mouvements pour eux. Un emploi, une réputation, un mariage pourrait souffrir de la divulgation de telles informations. Ce qui est certain, c’est que chaque utilisateur a le droit de garder sa vie, et les lieux qu’il fréquente, privés. Une légère consolation réside dans le fait que seuls les noms des réseaux sont disponibles et non les dates.

Un défenseur des droits civiques, l’EFF

L’EFF ou “Electronic Frontier Foundation” est une ONG américaine qui tente de défendre les droits des utilisateurs de matériel digital. Elle a soulevé ce problème et a testé un grand nombre de smartphones. Les Nexus et Motorola n’ont pas vraiment passé le test avec succès. Les Iphones et Samsung Galaxy semblent, par contre, ne pas être affectés par ce problème.

Le système d’exploitation Androïde, développé par Google ne semble pas avoir été volontairement doté de ce défaut. La réponse de Google à l’EFF qui les a contactés fut: “La sécurité des données de nos utilisateurs est capital pour nous, et nous sommes toujours heureux de pouvoir avertir nos clients des problèmes au plus vite. Parce que changer le système pourrait altérer les connexions aux points d’accès cachés, nous continuons à travailler sur des changements efficaces pour de futurs produits” (1).

Problème plus présent dans les futurs smartphones

Le sujet a été présenté au créateur des Androids et on peut espérer que ce type de problème ne sera pas présent dans les futurs smartphones, même si la réponse est vague. Les laptops sont aussi affectés mais, ayant leur processeur éteint quand ils sont en veille, les efforts nécessaires pour obtenir l’historique sont bien plus importants. En effet, il faudrait traquer la personne jusqu’à être à distance suffisante quand il utilise son wi-fi.

Le remède est simple. Pour éviter tout vol de donnée, il suffit d’éteindre son wi-fi quand on ne l’utilise pas, ou d’effacer les réseaux que l’on ne désire garder que pour soi. Une liste des portables testés est disponible sur le site de l’EFF (2) mais elle n’est pas complète, et si l’on veut être certain de ne pas divulguer d’informations involontairement sur nos points d’accès à Internet, il faudra faire preuve de précautions.

Tout cela ne concerne évidemment que les personnes qui ont un profond respect pour leur droit à une vie entièrement privé ou à ceux qui ont quelque chose à cacher. Être constamment connecté au reste du monde, à un prix, et ce prix est simplement que le monde reste aussi constamment connecté à nous. Cela reste une question de choix personnel… Heureusement !