Les ados et Internet : 3 usages pour un support

Ecrit par ProtégerSonImage le 13 novembre 2014
Vie privée 0 commentaire
Les ados et Internet : 3 usages pour un support

Vidéos d’humiliations publiques, embrigadement virtuel bien réel, photos sexuels de Snapchat piratées… L’actualité peut logiquement effrayer les parents d’adolescents et les obligent à se pencher sur un problème : qu’est-ce que fait mon enfant sut le Net ? Qu’est-ce qu’il regarde ? Quel site ou application utilise-il ? Mieux connaitre et comprendre pour mieux dialoguer et éviter tout drame.

D’abord un constat : pour les adolescents, il est essentiel de communiquer. C’est en partageant leurs expériences qu’ils extériorisent leurs sentiments, tissent des liens et affirment leur identité. Grâce à Internet, ils possèdent aujourd’hui des outils qui satisfont tous leurs besoins. S’il n’est pas toujours facile de comprendre la nature de leur activité cybernétique, on peut néanmoins la décliner en trois catégories : communication, information, divertissement.

Lorsqu’ils souhaitent communiquer par Internet, les ados recourent aux réseaux sociaux. Les plus prisés favorisent un contenu concis, souvent distrayant. Plus l’information est succincte, plus il sera facile de la consulter et de la partager avec ses amis.

Viedemerde.fr et Danstonchat.com

Instagram et Twitter remportent ainsi un franc succès. Instagram parce qu’il offre aux ados un moyen d’expression rapide : la photo. Twitter, parce qu’on y poste des messages très courts, que l’on peut ensuite relancer vers ses camarades (retweet). Côté français, Viedemerde.fr est apprécié pour sa teneur anecdotique, tandis Danstonchat.com ravit les férus d’informatique. Dans le domaine de la vidéo, les Vines, séquences humoristiques de six secondes, ont créé le buzz grâce à leur format minimal.

Les logiciels de communication privée ne sont pas en reste. Whatsapp reste l’application de messagerie instantanée favorite des 13-18 ans. Pratique et peu coûteuse, elle leur permet de contacter parents comme amis.

Néanmoins, c’est Snapchat qui remporte la palme de l’innovation. Cette app (application pour smartphone) permet l’envoi de photos à un public choisi et pour une durée limitée, parfois quelques secondes seulement. Si des affaires de sexting (messages à caractère sexuel) en ont terni la réputation, une récente étude a révélé que la plupart des utilisateurs y recouraient de manière innocente, principalement pour s’envoyer des autoportraits dérisoires ou des images drôles.

Forums et tutoriels, le savoir en mode interactif

Mais les ados consultent aussi Internet pour s’informer. La toile est ainsi devenue leur référence en la matière. Dictionnaires en ligne, encyclopédies Internet, forums et chats sont leurs outils favoris. S’ils se tiennent au fait de l’actualité, ils se rendent aussi sur Internet pour satisfaire leur curiosité. Leurs sujets de prédilection sont le sexe, les drogues, la famille et les amis. Car Internet à l’avantage de leur garantir l’anonymat et d’éviter la confrontation directe.

Ces dispositifs ne sont pourtant pas infaillibles. En effet, la section sexualité du forum de Doctissimo.fr est à proscrire, car non modérée. De plus, les adolescents peuvent relayer des informations erronées lorsqu’ils discutent de sujets complexes sur des chats non surveillés. Heureusement, de nombreuses associations proposent des espaces de discussion gérés par des professionnels. Ciao.ch, preventionsuicide.be ou forumdesados.net peuvent être consultés en toute confiance.

Dans un autre registre, les didacticiels vidéo sont aujourd’hui largement sollicités par le jeune publique. Ces films ont pour objectif l’enseignement d’activités. Le principe est simple : l’auteur se filme lors d’un exercice particulier que le spectateur reproduit chez lui. Les tutoriels préférés des ados concernent la mode, les activités sportives, la musique et les arts plastiques. Réalisées par des adultes autant que des jeunes, ces vidéos remportent un franc succès. Pourquoi ? Consultables gratuitement sur Youtube ou Dailymotion, ces séquences procurent à l’adolescent un sentiment d’autonomie. Elles peuvent êtres visionnées à volonté, rembobinées ou avancées, partagées, commentées. Chacun est donc libre d’avancer à son rythme, de poser des questions et de partager ses résultats.

Internet : divertissements à l’emporter

Les 13 – 18 ans vont sur le Net pour se divertir. Ils aiment jouer, regarder des films ou écouter de la musique. Ils ont tendance à privilégier les applications multi-supports (consultables sur tablette, smartphone et ordinateur) qui leur permettent de reprendre leur activité même s’ils changent d’appareil. Ils souhaitent aussi pouvoir emporter leurs applications. En conséquence, ils préfèrent celles qui peuvent être téléchargées, surtout lorsqu’elles sont gratuites.

Dans ce domaine, les grands succès vont aux jeux d’agilité (Fruit Ninja, Temple Run), de casse-tête (Angry Birds, Free Flow) et de stratégie (Candy Crush Saga). Les jeux sur ordinateur et consoles sont généralement réservés à un public averti car ils demandent plus de temps et d’investissement.

Lorsqu’il s’agit de musique, les ados consultent Deezer, Soundclound ou tout simplement Youtube. Néanmoins, ces sites ne proposent pas tous des options de téléchargement gratuit. Certains internautes privilégient donc les solutions illégales telles que le téléchargement de médias à partir de sites spécialisés. Si en cela ne pose pas de problème en Suisse ou aux Pays Bas, les lois belges et françaises sanctionnent désormais les contrevenants.

Enfin, lorsqu’ils veulent regarder des films ou des séries, les ados préfèrent l’ordinateur à la télévision. Car sur Internet, ils regardent ce qu’ils veulent, quand ils le souhaitent. Si les longs métrages sont toujours d’actualité, les vidéos proposées par Norman (Norman fait des vidéos), Cyprien ou encore Natoo connaissent un succès grandissant.

La reconnaissance vocale en plein développement

L’éventail d’activités disponibles est en perpétuel mouvement. La reconnaissance vocale, en plein développement, concurrence désormais le clavier. Les institutions apportent aussi leur contribution, en rendant leurs produits accessibles sur Internet. Billets de train et places de cinéma sur smartphone sont désormais acceptés comme preuves d’achats.

Toutes ces fonctionnalités ravissent les adolescents. Certains de leurs goûts, ils veulent discuter et partager rapidement, d’où le succès des contenus toujours plus minimalistes.

Une telle frénésie peut inquiéter. Cependant, modération et compréhension réduisent considérablement les risques liés à la surconsommation. Concernant les contenus indésirables, ordinateurs et autres périphériques proposent des solutions de filtrage des données. En outre, les dérapages tels que les humiliations publiques sont maintenant sévèrement réprimés, comme l’ont prouvé les récentes affaires du « lanceur de chat » et les agressions de Fontaine (Isère) et Nancy (Meurthe-et-Moselle).