L’e-réputation, un critère d’embauche.

Ecrit par Protéger Son Image le 20 août 2012
Actualités 4 commentaires
L’e-réputation, un critère d’embauche.

La semaine dernière, Quechua faisait le buzz sur Twitter, suite à la parution d’une offre de stage pour un poste de Community Manager. Entre autres critères de sélection, il était en effet indiqué que le postulant devait avoir un score Klout de minimum 35. Critère suffisamment étonnant pour faire réagir les internautes. Dans la foulée, Les Inrocks titrait un article “L’e-réputation, un nouveau critère d’embauche?”. Une question qui, selon nous, n’a pas lieu d’être puisque l’e-réputation est évidemment un critère d’embauche, mais pas si nouveau que ça. 

C’est jeudi dernier que Quechua, la marque sportive, a publié une annonce pour recruter son prochain community manager stagiaire. Le postulant devra répondre à différents critères de formation et de compétences, mais devra également justifier d’un score Klout (critère de mesure de l’influence en ligne) de plus de 35:

Photo illustrant l’article du 20minutes

 

Klout est un outil qui a beaucoup fait parler de lui, et qui est la référence en matière de mesure d’influence en ligne. Ses différentes mises à jour dans l’algorithme de calcul sont toujours très commentées sur les réseaux sociaux. La twittosphère s’est, cette fois, étonnée de voir apparaître un score Klout dans une offre d’embauche. Et on le comprend, la fiabilité de cet outil étant toute relative.

Mais nous ne nous intéresserons pas à ce débat là aujourd’hui, mais plutôt à la question que pose Les Inrocks dans son article “L’e-réputation, un nouveau critère d’embauche?”

Pour nous, il semble évident que l’e-réputation est d’ores et déjà un critère d’embauche. Y a-t-il encore réellement beaucoup de recruteurs qui ne Googlent pas leurs candidats potentiels, qui cherchent leurs profils Viadeo et/ou Linkedin, quitte même à faire un petit tour sur Twitter et Facebook ? Il s’agit bien là d’e-réputation, et une e-réputation irréprochable fait désormais partie des critères à l’embauche. Un fait qui se généralise de plus en plus.

Ce que mesure Klout, c’est l’influence d’une personne, et non sa réputation en ligne. Un internaute peut très bien avoir un score Klout de 49 et traîner des “casseroles” derrière lui, tout comme il peut avoir un score très faible du à une faible activité sur les réseaux sociaux mais n’avoir aucun problème d’e-réputation.

E-réputation et influence sont des choses tout à fait distinctes qui peuvent, pour certains postes, s’avéraient complémentaires. Mais il est temps de comprendre que l’e-réputation n’est pas qu’un concept théorique, et qu’elle fait déjà partie intégrante de notre quotidien. La véritable question est de savoir si l’influence va devenir un critère d’embauche ?