L’application Snapchat cible des hackers : 200000 photos volées !

Ecrit par ProtégerSonImage le 15 octobre 2014
Actualités | Vie privée 0 commentaire
L’application Snapchat cible des hackers : 200000 photos volées !

Décidément, les scandales s’enchaînent. Après celui du « Fappening » où des stars se sont fait pirater des photos sur leur téléphone, le « Snappening » débarque dans les médias. Terme directement lié à l’application Snapchat, la Startup se serait fait voler près de 200000 photos par des hackers. Hoax ou pas, les clichés de milliers d’adolescentes dénudées ou en tenues légères ont été postés le 9 novembre dernier sur le forum 4Chan. Retour sur les faits.

Snapchat est une application pour iOS et Android basée sur l’échange de photos et de vidéos. Sa particularité est que les documents disparaissent définitivement quelques secondes après avoir été consultés par le destinataire, et sans que celui-ci ne puisse les récupérer. L’application a ainsi basé toute sa réputation sur l’échange « éphémères » et donné des garanties à ses utilisateurs.

Comment le scandale est arrivé

Sauf que le 9 octobre dernier, plusieurs médias américains annonçaient que l’application avait été victime d’un piratage informatique. Selon eux, Snapchat aurait laissé fuir près de 13 gigaoctets d’images et de vidéos. De quoi créer une vive polémique !

Des documents à caractère sexuel qui ont été vus pour la première fois sur le forum 4Chan et qui, à ce jour, se sont probablement propagés un peu partout sur la toile. Par ailleurs, les pirates du Web ont enfoncé le clou en menaçant de créer une gigantesque base de données où il serait possible de trouver un document simplement en tapant le nom de profil de l’utilisateur.

Ce scandale ne joue pas en faveur de la Startup car des milliers de photos et de vidéos osées ou dénudées circulent librement sur Internet, si on en croit certains médias.

Justifications des concernés

Un dirigeant de Snapchat, interrogé sur ce scandale, nie pourtant toute responsabilité et confirme que Snapchat n’a jamais été piraté et n’est pas à l’origine de ces fuites. Mais ce serait les utilisateurs qui ont utilisé des applications tierces pour envoyer et recevoir des Snaps. Une pratique que, selon ce dirigeant, Snapchat interdit dans ses conditions d’utilisation.

Dans un message posté sur Twitter, la société pointe du doigt d’autres applications comme SaveSnap ou QuickSave qui permettent de sauvegarder des photos et qui, de surcroît, seraient les victimes directes des Hackers. Sean Sullivan et Ashkan Soltani, deux experts américains en technologie, se sont basés sur la recherche inversée de Google image. Cette technique permet de trouver l’origine d’une photo sur le Web. Le résultat est sans appel : certains clichés traîneraient sur Internet depuis plusieurs années et ne serait donc pas obligatoirement liés au « Snappening ».

La vérité est ailleurs

Il ne fait aucun doute qu’Internet est devenu maître en canulars divers. Il est de ce fait quasi impossible de vérifier les faits. La toile ressemble dorénavant à un gigantesque Gruyère où toute action, intentionnée ou pas, laissera sa trace dans la grande histoire du Web.

Il ne reste plus qu’à chaque internaute du 21ème siècle à prendre cette simple décision : se risquer à se faire prendre dans la toile ou rester à l’écart. Les inconditionnels du Web comme les arachnophobes auront leur propre version.