L’Allemagne donne du souci à Facebook

Ecrit par Protéger Son Image le 6 décembre 2011
Sécurité | Vie privée 1 commentaire
L’Allemagne donne du souci à Facebook

Le réseau social le plus populaire au monde connait depuis quelques mois des démêlées avec la justice et les autorités européennes, notamment en Allemagne. Le réseau est en effet régulièrement accusé d’atteintes aux libertés individuelles. Zoom sur l’attitude adoptée par nos voisins Allemands, envers Facebook.

“Atteinte aux libertés individuelles”.

Facebook est en effet montré du doigt par les autorités de surveillance, outre-Rhin. C’est plus particulièrement la reconnaissance des visages ou “reconnaissance faciale” qui est montrée du doigt. Cette fonctionnalité enfreint la législation européenne sur la protection des données. Un certain Johannes Caspar travaille depuis plusieurs mois sur ce dossier. Le fonctionnaire qui est responsable de la protection des données et de la liberté de l’information a posé un ultimatum à Facebook pour que le site internet se mette en conformité avec le droit international, avant le 7 novembre 2011.
Mais en Allemagne, d’autres voix se sont faites entendre depuis. Ainsi, dans le Schleswig-Holstein c’est la fonction “j’aime” que l’on montre du doigt. Facebook peut en effet par l’intermédiaire de cette touche avoir accès à des informations confidentielles, comme les sites consultés par l’utilisateur.
Pour répondre à ces attaques, Facebook propose donc depuis peu une “boite à cocher”. Grâce à celle-ci, les nouveaux utilisateurs Facebook donnent leur consentement avant de publier leur image. Mais les autorités allemandes jugent ce dispositif insuffisant, soulignant que les usagers “anciens” ne sont pas concernés par cette mesure.
En conséquence, une action en justice va être menée contre Facebook. Le réseau social encourt 300.000€ d’amende et le réseau risque d’être interdit. Les responsables de Facebook se déclarent “déçus” de ce recours en justice et de toute cette affaire.
La commission européenne va à son tour juger de la conformité du réseau social avec le droit européen. La pression est mise sur Facebook qui doit réagir vite avant que les sanctions ne tombent.

Encore un procès pour Facebook.

Cette année, Facebook est dans la tourmente. En effet, le réseau social n’en est pas à son premier procès. Cet été, un professeur français avait vu son compte fermé pour avoir publié une photo du célèbre tableau “l’Origine du Monde” de Courbet. Ce célèbre tableau représentant une femme nue avait été jugé indécent. Le professeur qui avait perdu tous ses contacts a décidé d’intenter un procès contre Facebook, réclamant 20.000€ de dommages et intérêts.
Un peu plus tôt dans l’année, les jumeaux Tyler et Cameron Winklevoss, deux ex étudiants d’Harvard ont porté plainte contre Mark Zuckerberg l’accusant de lui avoir volé l’idée. Avec ce procès qui s’annonce en Allemagne, Facebook est en ce moment dans la tourmente et risque de se faire sanctionner.

Sans revenir bien entendu sur le cas de Max Schrems, l’étudiant Autrichien aux 22 plaintes, dont nous vous parlions la semaine dernière.

Tout cela pèse sur le réseau social, et ces différentes actions en justice ne manqueront pas de le déstabiliser… suffisamment pour que les choses changent? Affaire à suivre!

Maintenant, vous savez!