Hyper-connectée mais hyper-fatiguée : les nouveaux comportements de la jeunesse française

Ecrit par ProtégerSonImage le 4 juin 2015
0 commentaire
Hyper-connectée mais hyper-fatiguée : les nouveaux comportements de la jeunesse française

13h30. C’est le nombre d’heures hebdomadaires passées sur Internet par les jeunes de 13 à 19 ans. La jeunesse française est hyper connectée ! C’est en tout cas ce qui ressort d’une étude menée par Ipsos auprès de 4000 jeunes entre juin et novembre 2014. Mais si la toile offre une ouverture exceptionnelle sur le monde, l’abus d’Internet peut avoir des conséquences négatives sur la santé !

Les jeunes utilisent de plus en plus Internet et sont, à ce titre, de plus en plus équipés. Si cette évolution semble logique et visible auprès des adolescents, il est en revanche plus surprenant de découvrir que cette augmentation est la plus forte auprès des enfants en bas âge (de 1 à 6 ans). En effet, depuis 2010, leur utilisation d’Internet a augmenté de 70% pour attendre aujourd’hui 3h40 par semaine. C’est l’une des conclusions de l’enquête Junior Connect réalisée par l’institut Ipsos.

Près d’1/3 des enfants de 1 à 6 ans possède sa propre tablette

Cet usage plus intense du réseau mondial est favorisé par le taux d’équipement en tablette dans les foyers. Celui-ci a ainsi augmenté de 181% en à peine 2 ans et aujourd’hui 62 % des foyers en sont équipés. Et près d’1/3 (29%) des enfants de 1 à 6 ans possèdent leur propre tablette ! La tablette apparait d’ailleurs comme un appareil destiné aux plus jeunes (sans doute en raison de sa grande taille et donc de sa plus grande facilité d’utilisation) car ce taux chute à 14% pour les enfants entre 7 et 12 ans.

Le nombre d’écrans par enfant est également en augmentation. Smartphone, tablette, console de jeux, ordinateur ou encore télévision… les jeunes ont les yeux de plus en plus rivés vers le numérique. On entend souvent que cela peut poser des problèmes de socialisation, mais le risque ne s’arrête pas là. En effet, plus de 50% des jeunes surfent le soir dans leur lit, au risque de souffrir de troubles du sommeil. C’est ce que montre une étude publiée en mars dernier par le réseau Morphée.

6,1% des collégiens se réveillent la nuit pour jouer sur Internet

La lumière des écrans des appareils mobiles est assimilée à la lumière du jour par le corps humain, « cela donne l’impression à notre horloge interne que la nuit n’a pas encore commencé, de ce fait notre cerveau ne lance pas les signaux du sommeil. Plus le temps passé est long, plus cet effet est important, et plus l’endormissement est retardé ! » Explique le communiqué de l’association.

33,5% des adolescents passent plus d’une heure sur un écran après dîner. 15% envoient des SMS en cours de nuit et 11% se connectent aux réseaux sociaux. Pire encore, 6,1% des collégiens se réveillent la nuit pour jouer sur Internet. De ce fait, pour 30% des jeunes, se lever est extrêmement difficile le matin.

Une application sur smartphone pour apprendre à moins l’utiliser

Paradoxalement, pour lutter contre le phénomène, le réseau Morphée a lancé… une application mobile ! Nommée « Mon coach sommeil », elle a pour difficile mission d’expliquer aux jeunes pourquoi il est essentiel de se déconnecter complètement la nuit.

L’hyper connexion des jeunes est un phénomène inévitable qui a, cependant, un véritable intérêt : grâce à Internet, les ados ont la possibilité de se forger des opinions et ils sont d’ailleurs 40% à laisser des commentaires à la suite d’articles. Mais comment faire en sorte de ne pas tomber dans l’excès avec des risques pour la santé désormais clairement identifiés ?