Cookies, quand la publicité ciblée envahit les ordinateurs

Ecrit par Protéger Son Image le 28 avril 2014
Données personnelles | Outils | Vie privée 2 commentaires
Cookies, quand la publicité ciblée envahit les ordinateurs

Depuis leur création en 1994, les cookies sont devenus une mine d’informations pour la publicité en ligne, mais constituent une sérieuse menace d’intrusion dans la vie privée des internautes.

En surfant sur internet, la plupart des sites visités déposent dans le navigateur une petite ligne de code remplie d’informations. Ce cookie peut être utile pour l’utilisateur, car il permet de garder en mémoire ses préférences, ses identifiants et mots-de-passe, ainsi que son panier d’achat pour les sites de e-commerce. Mais les informations recueillies sont tellement nombreuses que certains utilisateurs dénoncent une violation de leur vie privée.

Tout connaitre d’un internaute

Le simple fait de visiter quelques pages d’un site commercial va entraîner l’installation d’une centaine de cookies. Et la somme des informations collectées semble sans fin : type d’ordinateur utilisé, provenance géographique, pages consultées précédemment, habitudes de navigation, recherches effectuées, temps passé sur un site ou encore centres d’intérêt et profil de l’internaute. Cette collecte d’informations permet un profilage en règle de l’utilisateur et constitue une manne pour la publicité en ligne.

E-commerce, e-business

Avec un chiffre d’affaires de 102 milliards de dollars par an, l’industrie de la publicité en ligne utilise massivement les cookies afin de mieux cibler les internautes. Avant qu’une annonce ne s’affiche, les caractéristiques du visiteur seront analysées par de puissants algorithmes. Toutes les données sont traitées en quelques centièmes de secondes, afin d’afficher la bonne publicité au bon moment. Des sociétés spécialisées recueillent et compilent les informations issues de ces cookies, les classent et les analysent pour ensuite les revendre aux régies publicitaires. Des fichiers sont ainsi constitués, comprenant des critères aussi variés que les sports pratiqués, la possession d’animaux, les relations sociales ou familiales. Ces données sont ensuite revendues aux alentours de 60 centimes pour un fichier de mille utilisateurs, parfois beaucoup plus cher lorsqu’il s’agit de profils potentiellement plus vendeurs.

Des cookies quasiment inévitables

Que faire, dès lors, pour éviter de dévoiler des informations touchant de si près à la vie privée ? Bien que les données collectées ne soient pas nominatives, l’internaute n’a pas forcément envie que tout un pan de sa vie soit dévoilé au profit de régies publicitaires. Supprimer l’usage des cookies sur son ordinateur peut paraître judicieux, mais Internet est ainsi fait qu’une navigation normale ne peut être effectuée sans eux. Il peut toutefois s’avérer bénéfique de nettoyer son navigateur de tout ce qui a pu être accumulé. Même si cette opération peut être effectuée à la main, il existe pour cela toute une série de logiciels gratuits permettant d’automatiser l’opération. Parmi eux, CCleaner fait partie des plus complets. Attention toutefois, car certains cookies permettent de retenir les paramètres d’authentification de certains sites. Une fois supprimés, il faudra se munir de tous ses identifiants et mots-de-passe pour se reconnecter à ces sites. Une autre solution consiste à surfer en mode « navigation privée ». Tous les navigateurs Internet bénéficient de cette option, dans laquelle les cookies seront systématiquement effacés à la fermeture de la fenêtre. Enfin, l’emploi de plug-ins tels que Ghostery, qui s’installe directement dans le navigateur, réduit encore le nombre de cookies indésirables.

Initiatives citoyennes

Hormis l’utilisation de logiciels réduisant l’impact des cookies, il n’existe que peu de moyens individuels de s’en préserver. En France, la loi oblige simplement les sites web à afficher un bandeau d’information indiquant aux utilisateurs la présence de cookies. Aux Etats-Unis, des groupements d’internautes mènent campagne auprès de l’industrie publicitaire afin d’avoir un droit de regard étendu sur les informations collectées. Une opinion collective est donc en train de se mettre en place, qui pourra exiger la restriction de l’usage des cookies, imposer des conditions à l’industrie publicitaire, et, pourquoi pas, de se faire rémunérer pour les données transmises aux régies.